Sensibilisation à la diversité culturelle

Denise CAUSSE dirige le service qui a en charge les questions d’éducation au sein du FASILD (Fonds d’action et de soutien à l’intégration et de lutte contre les discriminations).

La présence du FASILD à cette journée d’études amène à s’interroger sur l’existence ou non de comportements singuliers de la part d’élèves issus de l’immigration. Dans un premier temps, Mme CAUSSE regrette que certains préjugés demeurent vivaces : ainsi, la thèse de la démission parentale dans les familles immigrées sévit encore.

De même, on n’aborde pas les difficultés rencontrées par les jeunes et leurs familles sous l’angle de leurs ressources ou en référence à une histoire, un patrimoine, une culture riche d’apports renouvelés, mais en identifiant l’immigration aux maux de notre société. Et on a trop tendance à associer absentéisme, immigration et délinquance dans les discours trop schématiques.

Le rôle de la connaissance est pour nous extrêmement important. Il y a un engagement fort du FASILD pour promouvoir l’égalité des chances à l’école. Nous avons une attention très particulière à l’égalité des chances et à l’égalité des droits. Par rapport à l’absentéisme scolaire, il faut quand même signaler les difficultés liées au défaut de scolarisation d’enfants nouvellement arrivés en France, alors qu’ils relèvent de la scolarité obligatoire, parce que l’Education nationale n’est pas en mesure de scolariser, dans les dispositifs spécifiques, les enfants qui ne parlent pas le français. Et quand ils sont scolarisés, il y a des décalages dans les attentes et la réalité de ce qui est proposé. Parfois, ils sont dirigés dans des filières dont ils ne relèvent pas.

Dans la question des orientations aussi, prévalent des schémas tout à fait stéréotypés. Les jeunes filles sont trop souvent orientées vers des filières courtes et techniques plutôt que vers des filières longues et généralistes, sauf si les parents ont acquis une certaine maîtrise dans les discussions avec les institutions.

La 2° question était sur les logiques sociales dans lesquelles sont prises et les institutions et les familles. Parfois, les familles n’ont pas fréquenté l’école et elles ne se sentent pas autorisées à prendre des contacts avec elle. Souvent d’ailleurs, elles ne sont pas reconnues pour les compétences qu’elles peuvent avoir mais souvent identifiées pour leurs difficultés. C’est là-dessus qu’il faut intervenir en favorisant les échanges de savoirs et de savoir faire.

Le risque d’ethnicisation ne doit pas être sous évalué. Ce terme recouvre le regroupement de familles issues de l’immigration dans des quartiers dévalorisés mais cela entraîne aussi l’ethnicisation des écoles car la mixité, si elle est dans les textes, n’est pas respectée par tous ceux qui peuvent l’éviter.

Dernière mise à jour : lundi 5 mars 2012


Page précédente >> Identification des difficultés - échanges d’expériences
Page suivante >> Témoignage de l’Udaf de l’Ardèche

Vous êtes ici >> Accueil > Les colloques > Politique familiale > Udaf et absentéisme scolaire > Sensibilisation à la diversité culturelle

Mentions légales - Plan du site -

UNAFOR — 28 place Saint Georges - 75009 PARIS — Tél. : 01 49 95 36 97 - Fax : 01 40 16 12 76