Etre délégué à la protection des majeurs aujourd’hui

Luc-Henry CHOQUET

Luc-Henry CHOQUET termine en précisant que les plus récentes statistiques sur la population des majeurs protégés montre un pic de nouveaux majeurs protégés mais souligne également que les personnes au fil de l’âge se révèlent fréquemment isolées.

Puis il présente une schématisation des perceptions des pratiques tutélaires réverbérées par les acteurs au cours des recherches et à travers les actions de formation : de la dépendance à l’autonomie relative d’une part, d’une situation de gestion aisée à une situation de gestion difficile, d’autre part.

Luc-Henry CHOQUET insiste ensuite sur deux points essentiels : la nécessité de bien connaître les fondements juridiques du métier, et celui de bien maîtriser le système d’information.

Enfin, il présente l’activité selon quatre entrées ou quatre axes utiles à travailler le détail de l’activité et la posture du délégué au cours de ses actes, ce qui constitue les contours de son action, et utiles à l’interrogation dans l’individualisation des rapports de face à face :

  1. substance de l’activité (le contenu, la mission…)
  2. la forme d’assujettissement (les obligations du tuteur, ce au nom de quoi il agit …)
  3. les moyens de faire
  4. les projets formés à envisager de façon symétrique comme des projets pour la personne bénéficiaire de la mesure, un projet de vie, et le projet professionnel du tuteur,

Cette dernière intervention a été suivie d’une discussion animée d’où est ressorti en particulier le problème de la violence dans la pratique tutélaire.

Dernière mise à jour : lundi 5 mars 2012


Page précédente >> La tentation d’en faire trop, premier facteur de risque ?

Vous êtes ici >> Accueil > Les colloques > Pratique tutélaire > La prise de risque dans la pratique tutellaire > Etre délégué à la protection des majeurs aujourd’hui

Mentions légales - Plan du site -

UNAFOR — 28 place Saint Georges - 75009 PARIS — Tél. : 01 49 95 36 97 - Fax : 01 40 16 12 76